Fedex et la fin de la relation avec Amazon

Nous voici arrivés au point que nous avons annoncé... AVANT DE PARLER DE SOLUTIONS, nous devons avoir clair tous nos problèmes, les aspects sur lesquels nous devons nous améliorer, avoir clair le scénario concurrentiel dans lequel nous sommes placés et, à notre avis, nous faut commencer par le pour clarifier une chose :
quand on parle de e-marketplaces, donc par exemple de Amazone, tous les efforts que nous devons faire doivent être inclus dans le prix final que nous allons facturer, de manière à satisfaire tous les entrepreneurs (industrie qui produit, distribution qui soutient la logistique et vendeur qui vend directement ou, comme dans ce cas avec une place de marché , comme via).

Quand on est face, comme dans ce cas, à Amazon qui représente à la fois le vendeur et le partenaire logistique même si le vrai vendeur est la boutique « X », mais tout le monde connaît et reconnaît… Amazon ! ... à tel point qu'elle commence aussi à fabriquer des produits sous sa propre marque ou sous son "égide".

Il est donc l'un des interlocuteurs, le plus important, celui qui détient les vraies clés pour accéder au marché, a une place prépondérante dans la relation et peut donc « imposer » ses propres conditions techniques et économiques, pour lesquelles le vendeur de la le magasin unique qui opère à travers ce type de chaîne d'approvisionnement risque de devoir se contenter des marges induites et régies par autre chose.

Nous ne cessons de répéter que, si le pouvoir d'achat des différents magasins est certainement, en général, différent les uns des autres, le prix du marché, auquel tous doivent s'aligner (à la baisse en raison d'une concurrence évidente), est ce qu'il doit être en mesure de déterminer les marges de ceux qui vendent et qui ne peuvent pas choisir de faire autrement.

Dans cette guerre des prix, l'érosion des marges de ceux qui vendent est souvent la première cause d'échec de leur entreprise !

Les nombreuses belles entreprises d'électronique et pas seulement celles qui ont sauté ces dernières années pour n'avoir pas pu contenir le tsunami provoqué par l'avènement des différentes e-marketplaces en savent quelque chose.

Il est clair que, lorsque le prix est aligné à la baisse et que les concurrents n'ont pas tous le même potentiel d'achat, les mêmes conditions commerciales (etc. etc.), quelqu'un, pour ne pas dire beaucoup, est en deçà des marges.

Vous ne pouvez pas agir sur la logistique et vous ne pouvez pas revoir votre relation avec la place de marché… vous ne pouvez penser qu'à continuer une bataille de prix jusqu'à ce que les marges qui en résultent parviennent à tout soutenir.

Tout cela, à la longue, génère un problème… un gros problème !

FedEx, l'un des plus grands opérateurs logistiques au monde et dont on ne peut certainement pas dire qu'il n'est pas grand, compétitif et débrouillard, vu aussi ses chiffres (plus de 68 milliards de dollars de chiffre d'affaires, 400 000 collaborateurs, 160 000 véhicules et 657 avions, c'est-à-dire la troisième flotte mondiale, après Delta Airlines et American Airlines) a décidé, en 2019, de mettre fin à son partenariat stratégique avec Amazon.

Vous vous demandez pourquoi ? La réponse est simple : parce qu'Amazon est désormais trop gros pour tout type d'entreprise et que le rapport de force est très déséquilibré à son égard, ce qui signifie de faibles marges pour les travaux de livraison et des conditions de travail trop strictes.

À cet égard, nous vous recommandons de lire cet article intéressant sur Fortune Italia sur pourquoi FedEx a décidé d'abandonner Amazon.

Cette nouvelle a fait l'objet de nombreux commentaires sur le net car elle semble avoir quelque chose d'incroyable… mais c'est ce qui arriverait à n'importe qui tôt ou tard.

Amazon devient ingérable pour n'importe quelle entreprise, il croît trop en volumes et les marges qui en résultent sont décidément strictes pour tout le monde.

Cela signifie que même ceux qui pensent faire fortune ou investir leur avenir dans la vente via le portail du même nom se trompent.

Une chose est sûre : quand on renonce à un chiffre d'affaires aussi important, les revenus ne sont pas le problème car les revenus sont énormes mais les marges qui en découlent ne compensent pas tous les efforts…. nous revenons pour vous inviter à lire ce post intéressant où il y a aussi tous les chiffres piqués et donne une très bonne idée.

Dans ce cas le problème est double : il est évident que chaque grand opérateur logistique a pour ambition principale d'inclure les meilleurs et les plus gros clients (et donc aussi Amazon), mais si l'on se rend compte alors que le ratio en % entre efforts, volumes générés et la marginalité qui en résulte, c'est pour le moins petite, vous devriez faire quelques réflexions ; si, comme c'est le cas, Amazon devient aussi un opérateur logistique à part entière et donc, potentiellement demain, aussi un concurrent sur le marché, les réflexions peuvent et doivent devenir des actions !

Ce fut le cas de FedEx qui lâcha.

Quelqu'un va maintenant prendre sa place, peut-être même dans des conditions péjoratives, mais demandons-nous POURQUOI un géant comme FedEx a renoncé à un client aussi important…. Et ce n'est certainement pas faute de désir de croissance.

Tout cela doit nous apprendre beaucoup et nous faire nous demander « qui a tort quoi », puis nous devons nous arrêter et réfléchir.

N'est-ce pas que ce qui se passe avec le transport arrivera aussi avec les vendeurs ? Quelles seront les implications de ces 243.000 références qu'Amazon a décidé de mettre sous sa propre marque ?

Avez-vous pensé à vendre via Amazon ? Eh bien, à notre humble avis, soyez prudent si vous ne voulez pas perdre de temps et de ressources !

Mieux vaut quelque chose créé à votre taille, sur lequel investir dans la durée mais qui reste toujours le vôtre.

Alors ne continuez pas à imprimer des flyers juste parce que vous l'avez toujours fait, ne continuez pas à renouveler des programmes de fidélisation inutiles juste parce que tout le monde le fait !

Il est temps de prendre l'initiative !

Quand évoluer et commencer à faire des investissements vraiment ciblés pour protéger ce qui est notre véritable atout, c'est-à-dire nos clients ?

Tous les chapitres de : Fidélité 2.0

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur whatsapp
Whatsapp
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
E-mail

Retour en haut de page
fr_FRFrench
Erreur: Alerte: Le contenu est protégé !!